Bilan des activités de la Fondation depuis 2005-2006

Voici quelques photos de l’état actuel du crépi qui remonte à plus de 15 ans. Ce type de recouvrement peut endommager les pierres d’origine qu’il recouvre.

07 décembre 2015

Bilan des activités de la Fondation depuis 2005-2006

Au début, en 2005, plusieurs grands travaux de restauration faisaient l’objet de discussions chez les premiers administrateurs, Jacqueline Blais, l’abbé Laurier Farmer et Richard Newberry.

Ils s’inquiétaient de l’aération du sous-sol, de la détérioration des œuvres d’art et de l’état déplorable du portique.

Ils ont lancé des campagnes de financement, la première étant présidée par l’Honorable Marc Lalonde, et grâce à ces campagnes, la Fondation a pu contribuer depuis 10 ans au maintien et à la préservation de ce bijou patrimonial qu’est l’église Sainte-Jeanne-de-Chantal pour une somme totale 157 860 $.

Et ce n’est pas fini : tel que déjà mentionné, le futur projet c’est le retrait du crépi de l’église. Cela a été accepté par le Conseil du patrimoine religieux du Québec et pour lequel la Fabrique attend incessamment une confirmation du ministère de la Culture, nécessitera un effort de 27 000 $ de la part de la Fondation, un objectif auquel le souper-bénéfice de ce soir apportera une contribution non négligeable grâce à votre générosité.

Le deuxième objectif de la Fondation du patrimoine Sainte-Jeanne-de-Chantal est d’assurer la promotion et l’animation des lieux. Pour ce faire, les administrateurs ont utilisé plusieurs moyens tels des dépliants, des affiches, et un site Internet.

Mais ils ont aussi mis en œuvre plusieurs autres actions. Les voici résumées :

Ces évènements de grande envergure ont contribué à sensibiliser la population et les autorités civiles à l’importance historique des lieux. Car la culture et l’histoire se conjuguent facilement avec le patrimoine religieux.

Au début, les administrateurs de la Fondation organisaient des activités culturelles dans le but de générer des fonds. Puis peu à peu, l’art et la culture se sont associés pour faire connaître ce lieu patrimonial.

Il y a le théâtre de la Chapelle « enchantée ». Depuis son ouverture en 2012, furent accueillis plus de 3 000 spectateurs : des enfants des camps de jour, des groupes du troisième âge, des familles de la région. Pour 2015, en cette 4e année d’existence, fut amorcé un partenariat avec l’École secondaire du Chêne-Bleu offrant aux étudiants un lieu de diffusion dans un environnement professionnel. Et nous sommes fiers de vous annoncer que ce partenariat est renouvelé pour 2016 dans le cadre du programme « Arts-Études » nouvellement offert au Chêne-Bleu.

Aussi les concerts ont attiré jusqu’ici 2 500 amateurs de musique qui ont profité de l’acoustique extraordinaire de notre église.

Et les soupers « hommage aux familles pionnières de l’île Perrot» ont permis de découvrir peu à peu l’histoire des pionniers de l’île et ils ont rejoint 1 400 convives depuis 2008.

Il y a aussi les fêtes familiales qui, chaque année à la mi-juin, commémorent l’arrivée de la statue Notre-Dame de la Garde. Elles ont accueilli quelque 2 000 participants depuis 2007.

Enfin les visites commentées offertes durant l’été au grand public rejoignent, bon an, mal an, plus de 1 000 personnes qui profitent du point de vue incomparable du site patrimonial Sainte-Jeanne-de-Chantal.

La Ville de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot a été présente au côté de la Fondation depuis 2007 de différentes façons, notamment par les fêtes Notre-Dame-d’autrefois et son appui à la création du théâtre de la Chapelle.

Il y a deux ans déjà, elle reconnaissait par un règlement municipal l’existence du site patrimonial Sainte-Jeanne-de-Chantal.